Y-en a plus d'un qui s'est demandé ce qu'était cette grosse bêbette que je tiens "fièrement" dans mes mains ! Bravo Ben et Mymy qui ont reconnu cette grosse langouste calédonienne, on appel ici cette variété, une Porcelaine. Ca peut être énorme et bien plus gros encore que celles-ci ! Tiens, demandez donc à mon pot Didier qu'il vous raconte son histoire quand il avait 11 ans, qu'il avait attrapé un monstre à main nue sur le récif à Bourail et lui avait lacéré les bras et le ventre en voulant la tenir contre lui... Il paraîtrai qu'il en a gardé des séquelles ? Bref, tout ça s'est passé il y a si longtemps... (c'est qu'il est plus tout jeune le Didier ;-) mais comme vous le voyez, il reste encore de beaux spécimens dans ce merveilleux lagon calédonien...

Vendredi, 5 heures du mat pétante (à l'heure comme d'hab !) on part rejoindre Jack et Jacques à Païta pour faire la route ensemble direction Pouébo, 435 km, toute la Calédonie en longueur jusqu'au Nord Est et un bateau à trainer... Une halte rapide quelque part sur la côte ouest (un spot à langoustes tenu secret ! T'as vu Jack j'ai rien dit sur mon blog ;-) pour un coup de pêche rapide avant notre destination finale du soir... et voila le travail, 2 heures plus tard, 5 bêbettes dans la glacière ! Après quelques galères d'enlisement sur la plage (Oh Jacques c'est quoi ce 4x4 de m...) on fini par reprendre la route pour Pouébo. Un camping sans étoile mais vraiment sympa, dans une cocoteraie au bord de l'eau... et pas un campeur ! Ha c'est vrai ya pas l'eau chaude et ya pas de toilettes chez Léon mais ya du bufalo (pelouse) extra double épaisseur ! Et puis Léon il a toujours une bonne blague a raconter !

Après une bonne nuit sous un ciel étoilé, on "décolle" de bonheur direction le récif. La plate alu est bondée, 5 grands gaillards pro de la pêche et tout le matos à bord, une logistique de fou... et on part 6 heures en mer sans eau et sans nourriture !!! Trop excités de partir ? Certainement !!! Bon on a fait avec, ou plutôt sans ! Après une demie heure pour atteindre la barrière de corail on jette le mouillage dans une eau turquoise telle que vous pouvez l'imaginer en plein mois de Novembre en France... (pardon mais c'est pour mieux vous faire visualiser les choses !!!). On s'équipe : palmes, masque, tuba, combinaison et on saute à l'eau... et nous voila plongé hors du temps, une heure, deux heures, 4 heures, à palmer, à découvrir, à faire des rencontres... et une langouste, et deux, et trois, et un requin, et deux et cinq !!! Ils étaient de taille respectable ceux la aussi... Des qu'on pique mal un poisson, qu'il se détache de la flêche ou se débat au bout, ces signaux sont tout de suite perçu par les requins qui arrivent dans les secondes qui suivent. Bon, mieux vaut ne pas trop trainer dans certain coin ! Y-en a un qui m'a vraiment fait flipper...

Le soir, de retour au campement, en ouvrant une bouteille de rhum, on fait un bon gros feu... Les langoustes commencent à rougir et Jack commence à parler fort et à chanter ;-) On a vraiment passé une belle journée, un super week end, même si on a mis 11h pour faire le trajet retour à Nouméa !!! Une crevaison, puis une roue qui se dégonfle et pour finir une roue de la remorque mal serrée qui finie dans un champ !!! Aller... je vous laisse rêver sur ces photos... (La suite demain, je vous montre le pays et vous parle des "pierres-savon"... vous connaissez ?).